Chants de la forêt profonde

4 heures, la nuit est lourde et moite dans la forêt tropicale de la Salonga en République Démocratique du Congo. Des singes hurleurs se joignent aux masses d’insectes obstinés pour combattre le silence, une rareté absolue en jungle. Et alors que l’orage s’arrête, que le dernier fromager se déracine dans un fracas effrayant, quelques voix humaines s’élèvent comme autant de vapeurs qui suivent la pluie.

Rassemblés et en ordre serré, les 40 élèves rangers, combattants courageux de la forêt Salonga, entament les 90 minutes quotidiennes de course qui marquent le début de chacune de leurs journées. Parcourant un ovale de 40 mètres de long sur 10 mètres de large, ils réaliseront 100 tours. Et, à l’image des soufis, c’est dans une sorte de transe qu’ils entrent, mêlant fatigue et répétitions métronomiques du tracé.

Malgré leur vie spartiate, la dureté de leur formation, les dangers de leur mission, chaque jour, chaque heure et chaque minute de cette course, ces hommes et ces femmes courageux dégagent une force qui nous est, sous nos latitudes, pour la plupart, méconnue.

Pendant cette longue course, ils chantent, mélangent leurs voix, rythment leurs pas en battant la crosse de leurs fusils et c’est à cette époustouflante prestation que nous vous convions grâce à ces 90 minutes d’enregistrement.

Note après note, parole après parole, ils répètent leur amour pour leur pays, leur forêt, leur famille. Ils se donnent de l’espoir, de la force et du courage, tandis qu’au loin l’espace d’un instant, le temps de ces chants, les singes hurleurs se taisent et écoutent.

Enregistré dans la forêt de la Salonga par Joël Schuermans en 2018.

Illustré par une photo de Laurence Vanderhaeghen.

Zámba! Chants de la Forêt profonde